Fortifications
  • Les fortifications

Champdieu, comme de nombreuses villes et villages du Forez est fortifié à l’occasion de la Guerre de Cent Ans aux XIVème et XVème siècles. La fortification est décidée par le prieur qui en sa qualité de seigneur a le devoir de protéger la population.
Le rempart ainsi érigé se compose de courtines, de tours rondes ou carrées, de plusieurs portes et de larges fossés.
Ces fortifications ont surtout pour vocation de protéger les villageois des attaques de bandes organisées dont les membres, appelés routiers ou tard-venus, battaient les campagnes en période de trêve, pillant tout sur leur passage.

  • La Porte de Bise Porte de Bise

La Porte de Bise constitue l’entrée principale du village fortifié. Elle tire son nom de sa localisation au nord. Elle se compose d’une ouverture en ogive surplombée d’un mâchicoulis, dispositif de défense permettant de jeter des projectiles sur les assaillants depuis le chemin de ronde. Cette porte est protégée, à l’ouest, par une grosse tour ronde percée d’archères pour le tir des flèches.
Le passage au-dessus des fossés pouvait s’effectuer par un pont-levis ou par un pont mobile.
Deux autres portes sont mentionnées dans divers textes : la porte de Larzalier à l’ouest et la Porte Neuve au sud-est.

  • Centre d’Interprétation Historique de l’Art Roman en Forez

Installé dans deux maisons villageoises (XVIIIème) accolées aux remparts, le Centre de l’Art Roman en Forez vous propose de découvrir les prieurés foréziens à travers l’exposition permanente « Moines et bâtisseurs autour de l’an mil ».
Vous découvrirez au fil de cette exposition le réseau des prieurés romans foréziens, leur mode de construction et leur décor ainsi que le quotidien des moines qui y vivaient.

Entrée libre.

Ouverture :
Mai, juin et vacances scolaires (sauf Noël) : TLJ (sauf lundis et samedis), 14h-18h
Juillet-Août : TLJ, 10h-12h et 14h-18h
Septembre : TLJ (sauf lundis et samedis, 10h-12h et 14h-18h
 
Renseignements : Accueil touristique Porte de Bise
26, rue Bégonnet Biron
42600 CHAMPDIEU
Tél. : 04 77 97 02 68
  • Le vingtain

Le rempart de Champdieu est appelé le vingtain du fait de sa hauteur de vingt pieds et parce qu’il a été édifié à l’aide d’un impôt représentant le vingtième des récoltes.
Les courtines du rempart sont constituées d’une succession d’arcs pointus dits en tiers-point.
On adopta ce système d’arcs en tiers point pour économiser les pierres propres à la construction, rares sur le site. Les arcs étaient comblés par un agrégat de matériaux de récupération : brique, tuile, galet, le tout lié au mortier d’argile ou de chaux.
Pour dissimuler ce point faible de la muraille, on a ingénieusement édifié un talus avec la terre retirée des fossés, jusqu’au dessus des arcs les rendant ainsi invisibles de l’extérieur.

  • Le chemin des Efossés Chemin des Effossés

Ce chemin qui porte bien son nom longe les anciens fossés qui complétaient le système défensif.
Contrairement à ce que l’on a longtemps supposé, ces douves n’ont certainement jamais été mises en eau.
Cet état de fait peut expliquer l’inhabituelle largeur des fossés. Cette distance semble avoir été calculée de façon à ce que les traits de flèches des éventuels assaillants ne puissent pas atteindre le chemin de ronde au sommet du rempart.

  • Les réaménagements

Lorsque le rempart perd son rôle défensif, les villageois se l’approprient et y adossent leurs maisons. Des caves sont creusées sous le fossé, prenant comme point d’entrée les arcatures pointues, rouvertes pour l’occasion.
Les fossés sont aussi réaménagés. Ils sont comblés pour accueillir des jardins puis colonisés par de nouvelles constructions.